La retraite

Les Français actifs souhaiteraient prendre leur retraite à 55 ans

Le troisième baromètre annuel Axa de la retraite souligne combien la question de l'arrêt de l'activité constitue une préoccupation grandissante chez les Français, actifs comme retraités. De fait, ils souhaitent partir à la retraite assez tôt... et commencent donc à la préparer également très tôt!

En pleine campagne électorale, les candidats seraient bien avisés de jeter un oeil sur la troisième édition du Baromètre Axa de la Retraite*: premier enseignement, les actifs considèrent que l'âge idéal de départ à la retraite est de 55 ans. De plus, ils se déclarent opposés à l'allongement de l'âge de la retraite.
L'âge limite acceptable serait de 62 ans, légèrement au-dessus de l'âge légal actuel (60 ans).
Du point de vue du financement de la retraite, l'étude confirme que l'Etat "reste la clé de voûte du système", puisque 82% des actifs considèrent qu'il doit financer la retraite. Mais ils sont 65% à considérer qu'ils doivent eux aussi y contribuer. Cette prise de conscience se double d'un passage à l'acte: ils commencent à préparer leur retraite en moyenne à 31 ans, en économisant 198 euros par mois. Les hommes mettent de côté 248 euros par mois tandis que les femmes épargnent seulement 134 euros par mois.
Assez logiquement, les versements s'accélèrent à partir de 45 ans, quand la retraite devient une échéance plus concrète. Assurance vie, versements sur des dispositifs d'épargne salariale et immobilier sont les solutions les plus utilisées.
Mais outre la nécessité de se procurer des revenus complémentaires pour la retraite, les Français souhaitent majoritairement préserver leur capital pour le transmettre à leurs enfants: 53% des actifs le souhaitent, et ce chiffre monte à 63% parmi les retraités. Une préoccupation spécifiquement française: selon le Baromètre Axa, seuls 20% des retraités et 12% des actifs allemands affichent cette préoccupation. Mais si les Français pensent à leurs enfants, l'inverse est également vrai: 49% des actifs considèrent que les enfants doivent soutenir leurs parents retraités par des aides financières.

* Etude menée auprès de 11.590 personnes dans 16 pays. Pour la France, 300 actifs de plus de 25 ans et 301 retraités ou préretraités de moins de 75 ans ont été interrogés.
Agnès Lambert

La Tribune.fr 23/03/07

Revenir à la page précédente