Une carence de 900 000 logements en France

Les ventes d’immobilier dopées par les avantages fiscaux

Les ventes d’immobilier dopées par les avantages fiscaux
Actu France Soir 04/02/10 à 19h07
La fédération des promoteurs constructeurs dressait jeudi un bilan de l’année 2009 pour l’immobilier, sur fond de crise économique.

Malgré un contexte difficile, les promoteurs immobiliers ont pu éviter le désastre, grâce notamment aux nombreuses incitations fiscales. C’est le discours que tenait jeudi Marc Pigeon, président de la Fédération des promoteurs constructeurs (FPC).

«On a évité le pire, grâce aux mesures gouvernementales, avec un pourcentage de deux tiers des 105.000 ventes réalisées en 2009 auprès d’investisseurs, contre seulement un tiers pour les accédants à la propriété», déclarait-il ainsi.

Le succès du crédit d’impôt accordé aux contribuables qui achètent un logement neuf pour le louer (dispositif scellier, qui accorde 20% du prix de l’acquisition sous forme de réduction d’impôts, étalés sur neuf ans) a permis d’augmenter de 30% les ventes de logements neufs par rapport à 2008.

Un sursaut à relativiser, puisque 2008 avait été la pire année pour l’immobilier depuis une décennie. En revanche, l’accession à la propriété n’a toujours pas redémarré, avec seulement 35.000 logements vendus. Marc Pigeon appelle donc à «une révision urgente des dispositifs en faveur de l’accession à la propriété qu’il convient d’aménager ou de réorienter pour une meilleure efficacité».

En attendant, la crise du logement s’aggrave. En début de semaine, la Fondation abbé Pierre annonçait qu’il en manquait 900.000 en France. Impossible de répondre à la demande: avec la crise, les mises en chantiers se sont aussi effondrées, malgré le plan de relance de l’Etat. L’année dernière, on en dénombrait 333.247, soit 16,7% de moins qu’un an plus tôt. Bien loin des attentes du gouvernement, qui souhaite en faire construire 380.000 à 400.000 par an.

Un marché en berne en 2010

Pour l’année prochaine, la FPC reste très réservée sur la possibilité d’un redémarrage de l’immobilier. En cause, la fragilité de l’économie, qui pousse les acheteurs potentiels à reporter leur décision. A tel point que la fédération craint que le nombre de ventes réalisées par les promoteurs passe sous la barre symbolique des 100.000 en 2010.

«L’incertitude sur l’emploi, la remontée possible des taux d’intérêt, l’inefficacité du crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunts, la fin du doublement du prêt à taux zéro […], le blocage du marché de la revente ne permettent pas d’espérer un redémarrage de l’accession dans le logement neuf en 2010», indique la FPC dans un communiqué.

Sans compter les dispositions du Grenelle de l’environnement qui augmentent encore les coûts liés à la construction de logement. L’immobilier pourrait bien ne pas mettre la tête hors de l’eau avant un moment.

Les ventes d’immobilier dopées par les avantages fiscaux

 

 

Revenir à la page précédente