Choisir la défiscalisation immobilière ou défiscalisation financière ?

Pour réduire ses impôts en toute légalité, le contribuable français dispose d’un large éventail de lois de défiscalisation immobilière et financière. Soulignons que l’intérêt de ces dispositifs ne se limite pas à l’octroi d’un abattement fiscal : ceux-ci permettent également de répondre à des objectifs aussi variés que faire fructifier son capital, devenir propriétaire, protéger sa famille, ou encore préparer sa retraite. Pour défiscaliser de façon optimale, il est donc indispensable que l’investisseur tienne compte de sa situation et de ses projets à plus ou moins long terme.


Adapter son dispositif de défiscalisation à son profil

Chacune des nombreuses lois de défiscalisation proposées par le système fiscal français est spécifique et correspond à des buts précis : les critères d’éligibilité, la nature de l’investissement, le montant et la durée de l’abattement d’impôts diffèrent considérablement selon le procédé choisi.

Ainsi, pour faire son choix, il s’agit d’abord de définir son profil fiscal en tenant compte des critères déterminants en terme de défiscalisation : âge, situation matrimoniale, situation patrimoniale, et revenus mensuels du foyer. Par exemple, certains dispositifs sont adaptés au cas des jeunes célibataires ayant besoin de liquidités à court et moyen terme, d’autres conviennent davantage aux familles souhaitant se constituer un patrimoine, d’autres encore sont spécialement recommandés pour les personnes retraitées.

Enfin, si la majorité des dispositifs de défiscalisation s’adresse principalement aux contribuables disposant d’importants revenus, notons que des solutions existent tout de même pour les profils à revenus moyens ou très modérés.

Choisir la défiscalisation immobilière

Faire le choix de la défiscalisation immobilière est particulièrement adapté à toute personne souhaitant réduire ses impôts tout en se constituant un patrimoine sur le moyen ou long terme, et ce sans même un apport personnel. Parmi l’ensemble des lois de défiscalisation immobilière, l’investissement dans l’immobilier locatif neuf est l’un des plus rentables.

La loi Pinel permet par exemple de devenir propriétaire d’un logement tout en bénéficiant de réductions d’impôt allant jusqu’à 21% du montant du bien, à condition que celui-ci soit mis en location et situé dans une zone éligible.

Bien d’autres dispositifs complètent l’offre Pinel, et permettent notamment de défiscaliser les revenus tirés de la location d’un bien meublé.

D’autres dispositifs permettent de défiscaliser tout en mettant en valeur un placement immobilier dans l’ancien par des travaux de rénovation. Enfin, notons que les avantages fiscaux de la défiscalisation immobilière peuvent non seulement s’obtenir dans le cadre d’un investissement direct, mais également par le biais de la souscription de parts dans des Sociétés Civiles de Placement Immobilier de type fiscal.

 

défiscaliser dans l'immobilier
Défiscalisation immobilière ou financière

Choisir la défiscalisation financière

Investir dans des produits financiers répond à d’autres objectifs : cela permet de défiscaliser tout en créant des liquidités. Le panel des dispositifs de défiscalisation financière est large et varié : des solutions existent pour tout profil d’investisseur. Les placements ayant vocation à assurer son avenir et protéger ses proches permettent de défiscaliser : les contrats d’assurance-vie, de capitalisation et la majorité des comptes d’épargne pour la retraite offrent des déductions ou réductions d’impôts.

Enfin, investir son capital dans des entreprises peut aussi permettre de profiter d’un dispositif de défiscalisation financière au delà des gains générés. C’est le cas de nombreux produits comme les Plans d’Epargne en Actions (PEA), les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) ou encore les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI).