Etre contacté
Saisissez vos coordonnées ainsi que la date et l’heure où vous souhaitez être contacté par l’un de nos experts en défiscalisation.
Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre prénom
Veuillez saisir votre code postal
Veuillez saisir une adresse email
Veuillez choisir une date
Veuillez choisir un créneau
Veuillez saisir un numéro de téléphone portable
Par mesure de sécurité, merci de saisir le code à 4 chiffres reçu par SMS.
Ce code n'est pas valide
Je valide
* champs obligatoires

Défiscalisation loi Pinel

Investissement
Défiscalisation immobilière
Défiscalisation
Réduction d'impôt : 12 à 21%
Durée min. conseillée
6 ans
Montant min. conseillé
80 000 €
Niveau de risque
Elevé

Modéré

Faible

Qu’est-ce que la Loi Pinel ?

Succédant à la loi Duflot et mise en place en 2014, le dispositif de défiscalisation immobilière loi Pinel a séduit plusieurs dizaines de milliers de contribuables, au travers des nombreux avantages qu’il procure, à commencer par une aide importante à la réduction d’impôts.
La Loi Pinel est une loi de défiscalisation immobilière qui concerne tous les contribuables français souhaitant réaliser un investissement locatif dans l’immobilier neuf. Elle permet de défiscaliser jusqu’à 21% de la valeur totale d’un bien immobilier sur une durée pouvant aller de 6 à 12 ans. Elle permet une réduction d’impôt jusqu’à 63 000 €. 

Récemment renouvelé pour 4 ans dans le cadre du projet de loi de finances 2018, le dispositif Pinel 2018 sera donc appliqué jusqu’en 2021. Le principal changement concerne les zones d’investissement dans le dispositif, recentrées aux zones A, A bis et B1. Elles correspondent aux zones « tendues », où la demande locative est supérieure à l’offre  logements disponibles. Les zones B2 et C sortent du champ d’application du dispositif. De plus, la location du bien doit être réalisée dans le respects de plafonds de loyers et de ressources des locataires. L’objectif de ce dispositif, mis en place par le législateur, est de favoriser la construction de logements neufs dans ces zones « tendues » du marché locatif.

Bien comprendre la loi Pinel

 

 

Les grands principes de défiscalisation en loi pinel sont relativement simples. L’acquéreur du bien s’engage à acquérir son bien dans une zone éligible au dispositif, selon le découpage du territoire réalisé avec l’aval du ministre de la cohésion et des territoires Jacques Mézard.

Le propriétaire s’engage également à respecter les plafond de loyers et plafonds de ressources des locataires imposés par le gouvernement dans le cadre du dispositif.

L’acquéreur bénéficie ensuite d’une réduction d’impôts octroyée sur le coût d’acquisition du bien, passant de 12, à 18 ou 21% du montant de l’investissement de l’acquisition, selon la durée de mise en location du bien (de 6, 9 ou 12 ans). Cette réduction d’impôt est limité à 63 000 €, soit un montant applicable pour un coût d’acquisition du bien jusqu’à 300 000 €.

 

Objectifs de la loi Pinel

Portée et défendue par Sylvia Pinel, alors ministre du logement au moment de l’instauration de cette loi en 2014, ce dispositif vise à soutenir la croissance de la construction de logements neufs tout en facilitant l’accès à la location dans les zones « tendues ».

Au travers de la mise en place d’un cadre précis d’éligibilité au dispositif, relatif aux zones et plafonds, le gouvernement vise à donner un élan vertueux à l’accession à la propriété et à la location, tout en évitant les dérives et abus.

Il peut s’appuyer également sur les motifs de succès et d’échec des anciens dispositifs similaires dans leur finalité, tels que la loi Duflot, la loi Scellier ou la loi Robien. Ces dispositifs précédent leur donnent ainsi plus d’une dizaine d’années de recul sur ce type de dispositifs, leur permettant de l’ajuster au plus près pour plus d’efficience.

Par ailleurs, le recentrage du dispositif début 2018 par Jacques Mézard et son secrétaire d’Etat Julien Denormandie, exclusivement dans les zones tendues, avec exclusion de la zone B2 du dispositif, va dans ce sens.

A date, la loi Pinel en chiffres c’est 440 000 permis de construire  délivrés en 2016, contribuant ainsi à la reprise du marché du bâtiment.

 

Quel sont les avantages de la défiscalisation en loi Pinel ?

Un investissement locatif réalisé dans le cadre d’une défiscalisation en loi Pinel présente de nombreux avantages. Outre la réduction d’impôts substantielle obtenue, il permet de se constituer un patrimoine immobilier. En retranchant au coût du crédit mensuel réalisé dans le cadre de l’investissement locatif, le montant de la réduction d’impôt et les revenus locatifs perçus durant la mise en location du bien, on obtient l’effort d’épargne, ou capacité d’épargne réelle, à réaliser pour accéder à cette propriété.

Accordée dans le cadre d’un contexte économique d’accession à la propriété vertueux, bien soutenu par le prêt à taux zéro (PTZ) et la faiblesse des taux d’intérêt des crédits immobiliers, le dispositif a connu un franc succès ces dernières années. Il a permis de soutenir le marché de la vente de logements neufs, tout en profitant au secteur du BTP, et de la construction au sens large. C’est ainsi près de 380 000 logements qui ont été amorcés courant de l’année 2016, soit une croissance du marché de +7,4% (Source : Fédération Française du Bâtiment). La période plus compliquée dans laquelle s’inscrivait le dispositif Duflot, apparaît donc comme révolue.

Voici les avantages fiscaux, financiers et patrimoniaux octroyés suite à un investissement réalisé en défiscalisation loi Pinel :

  1. Une réduction d’impôts liée au montant de l’acquisition : 12% sur 6 ans, 18% sur 9 ans, 21% sur 12 ans.
    La réduction d’impôt annuelle correspond donc à la durée de mise en location du bien. Elle peut aller initialement jusqu’à 9 ans, et être renouvelée pour 3 ans. La réduction d’impôt total est plafonnée à 63 000 €, correspondant donc à une réduction appliquée sur un coût d’acquisition du bien de 300 000 €. L’acquéreur peut bien entendu conserver la liberté d’acquérir un bien d’une valeur plus élevée, mais la partie excédant 300 000 € ne pourra être soumise au pourcentage de réduction d’impôt applicable.Exemple : Sur un bien d’une valeur de 350 000 €. Le montant de la réduction d’impôt octroyée dans le cadre de l’application du dispositif Pinel sera au total d’un maximum de 63 000 €, correspondant à 21% d’un montant maximum applicable de 300 000 €. Cela représente, en outre, 5 250 € (63 000/12) de réduction d’impôt par année de mise en location sur une durée de 12 ans, et à 7 000 € (63 000/9) de réduction d’impôt par année de mise en location sur une durée de 9 ans. La fraction de 50 000 € pour la valeur du bien comprise entre 300 000 et 350 000 € n’est donc pas éligible au pourcentage de réduction
  2. La déduction des charges suivantes du montant imposable:
    ⇒ La taxe foncière
    ⇒ Charges liées à l’entretien
    ⇒ Charges liées à l’assurance du logement
    ⇒ Charges liées à la gestion locative
    ⇒ Montant des intérêts sur l’emprunt
  3. Se constituer un patrimoine. L’acquisition d’un bien en loi Pinel permet de s’établir un patrimoine dans la pierre, constituée comme une « valeur refuge » pour les investisseurs et épargnants français de l’hexagone. L’investissement immobilier reste, à condition qu’il soit réalisé dans de bonnes conditions et sur les conseils de personnes avisés, un placement de choix parmi les plus rentables dans la durée.
  4. Préparer sa retraite. Les revenus locatifs tirés du patrimoine constitué permettront de percevoir un complément de revenus en prévision de la retraite. Un atout indéniable dans le contexte d’incertitude et de doute existant sur le niveau des retraites des contribuables français.
  5. Accéder à la propriété, devenir propriétaire, sans gros apport initial. L’accession à la propriété réalisée dans le cadre d’un investissement locatif en loi Pinel peut être réalisée sans véritable apport préalable. (même si un montant minimum reste toutefois conseillé)
  6. La location à sa famille (ascendants ou descendants). Fait impossible dans le cadre d’un investissmenet réalisé dans le cadre d’un investissement en loi Duflot et réhabilité depuis, la possibilité de louer à sa famille peut présenter un avantage certain : celui de proposer le bien à disposition pour l’étude d’un ou plusieurs de ses enfants par exemple, ou pour un parent également.

 

Pourquoi investir en loi Pinel ?

Un contexte propice à la défiscalisation

L’investissement en loi Pinel constitue l’une des principales opportunités de réduire drastiquement son niveau d’imposition tout en se constituant un patrimoine. De surcroît dans un contexte socio-économique où le contribuable français reste lourdement taxé.

En effet, selon les statistiques établies par Eurostat, la France est le pays de l’Union Européenne (UE), où le taux de prélèvements obligatoires, rapporté au Produit Intérieur Brut, est le plus élevé. Les recettes fiscales, englobant impôts et cotisations sociales, ont ainsi représentées 47,6% du PIB en France en 2016, très nettement devant la moyenne de la zone euro établie à 41,3%.

Ce niveau de taxation constitue donc une des premières motivations première à défiscaliser. De plus, au regard du niveau de rendement assez hétérogène sur les placements financiers, et du moindre attrait pour les français sur l’assurance vie en fond euros, au niveau de rémunération moindre, le placement dans la pierre reste plus que jamais une « valeur refuge » pour les investisseurs. Par ailleurs, selon une étude du crédit foncier (Quelles sont les motivations des français qui font le choix de l’investissement locatif en 2017 ? – sept.2017) , l’immobilier constitue le premier support de choix et actif privilégié par les investisseurs français sondés, pour 70% d’entre eux, devant l’assurance-vie (15%), le livret d’épargne sécurisé (8%), et les marchés financiers (7%)

Tours selon cette étude, si l’on s’intéresse de plus près aux premières motivations des français à investir dans l’immobilier locatif  neuf, elles s’établissent comme suit :

  1. Payer moins d’impôts (65% des sondés)
  2. Se constituer un patrimoine (44% des sondés)
  3. Disposer d’un revenu complémentaire à la retraite (37% des sondés)

Autant de motivations qui convergent avec les atouts que présentent un investissement dans le dispositif Pinel.

 

Déficalisation loi Pinel
Défiscalisation loi Pinel

Quel profil  de l’investisseur dans l’immobilier locatif ?

Toujours en référence à l’étude du crédit foncier, l’âge moyen à la souscription d’un investissement locatif au sens large, incluant neuf et ancien, et tous dispositifs confondus, est de 45 ans. L’investisseur moyen vit en couple, qui dispose d’un revenu moyen de 70 300 euros. Le coût médian d’une opération d’investissement locatif s’est par ailleurs élevée à 168 000 € au 1er semestre 2017.

Enfin, 94% des investisseurs dans l’immobilier locatif sondés se déclarent assez satisfaits ou très satisfaits de leur investissement.

En outre, quel que soit l’âge, on note d’une manière générale que la motivation première à investir dans l’immobilier locatif via un dispositif de défiscalisation, reste de réduire ses impôts.

 

Comment réussir son investissement en loi Pinel ?

L’investissement immobilier locatif en loi Pinel doit être réalisé en prenant en compte certains critères, conditions sine qua non d’un investissement réussi.

L’emplacement, la localisation du bien

Ce critère reste l’une des clés de la réussite de tout investissement locatif, quel qu’il soit et qu’elle que soit le dispositif de défiscalisation associé. Tout d ‘abord, propre au dispositif Pinel, le respect de la zone éligible au dispositif, est primordial. L’emplacement du bien doit se situer en zone A, Abis, ou B1, dans une zone éligible au dispositif. Mais sur chacune de ces zones, le niveau de « tension » du marché peut-être très hétérogène. C’est pourquoi il est important de se focaliser autant que possible sur les zones ou la tension locative est la plus importante, autrement dit ou la demande locative est la plus forte, par rapport à l’offre de logements disponibles.  Le laboratoire de l’immobilier dressait ainsi en 2016 une liste des villes et agglomérations à éviter en zone B1 et B2 (cette dernière étant désormais exclue dispositif).

Le « degré de tension » d’une ville dans laquelle tout investisseur aspire à investir peut-être évalué sur les critères suivants :

  • Le nombre de logements bâtis et mises en chantiers réalisés, révélateur de la quantité produite, et donc de la demande potentielle de la zone concernée
  • Les données démographiques sur la zone, consultables dans les documents d’urbanisme de mairie de la commune concernée
  • Le taux de vacance locative des logements, permettant d’évaluer et se prémunir d’éventuelles carences locatives, venant grever potentiellement la rentabilité du bien par une baisse des revenus locatifs.

En outre, la proximité avec les transports, les écoles, ou autres commodités, reste un critère de choix pour bon nombre de locataires. Ils constituent donc des critères à impérativement prendre en compte dans le cadre de l’investissement.

Il faut donc procéder à une sélection rigoureuse des opportunités, et être en mesure de saisir et se positionner sur les meilleures d’entre elles sur le marché. Cela suppose d’être réactif et donc bien informé préalablement afin de pouvoir se décider rapidement. C’est pourquoi bien préparer son investissement et avoir un niveau de connaissance suffisant est déterminant dans la réussite de son investissement locatif en loi Pinel.

Bien estimer le taux de rentabilité de l’investissement

Afin de calculer au plus juste la rentabilité de son investissement en loi Pinel, il est nécessaire de bien considérer le taux de rendement interne, et non se limiter au taux de rendement brut ou net. Le taux de rendement interne intègre en effet dans son mode de calcul toutes les charges afférentes à l’investissement (à la différence du taux de rendement brut), ainsi que la durée de l’investissement (à la différence du taux de rendement net)

Se faire accompagner par un professionnel compétent

Bien entendu, adosser son projet à un promoteur compétent, professionnel et fiable, permettra d’assurer ses arrière dans le cadre de l’investissement.

Réaliser une simulation

L’investissement en loi Pinel n’est pas forcément adapté à tous les investisseurs. C’est pourquoi il est préférable de réaliser une simulation afin de valider la pertinence de l’investissement selon sa situation (ci-contre en haut de page). A partir de votre capacité d’épargne mensuelle, de votre situation et de vos revenus, un calcul vous permet d’obtenir :

  1. Le montant possible de votre investissement en loi Pinel
  2. Le montant de votre économie d’impôt
  3. La répartition du financement de votre bien (mensuelle et annuelle), entre votre réduction d’impôt, vos revenus locatifs et votre participation.

Quelles sont les zones Pinel 2018 ?

Accéder à la propriété en loi Pinel, s’est s’assurer d’acquérir un bien éligible au dispositif de défiscalisation sur le territoire. Ainsi, le législateur a réparti en 5 zones le territoire pour établir le périmètre géographique d’éligibilité au dispositif. Le zonage défini et la répartition des zones éligibles et non éligibles sont les suivants :

 

Appellation de la Zone Pinel 2018 Périmètre géographique concerné par la zone
Zone A Paris et son agglomération, Côte d’Azur, frontière française de Genève ⇒ ZONE ELIGIBLE AU DISPOSITIF
Zone A Bis Paris et 76 communes alentours 16,83 € /m2 ⇒ ZONE ELIGIBLE AU DISPOSITIF
Zone B1 Grandes villes où les prix sont élevés, grande couronne parisienne hors zone Abis ou A, Outre-Mer ⇒ ZONE ELIGIBLE AU DISPOSITIF
Zone B2 Certains centres ville grandes couronnes parisienne hors zone A bis, A et B1, villes de Corse hors zones A ou B1. ⇒ ZONE NON ELIGIBLE AU DISPOSITIF depuis le 01/01/2018
Zone C Reste de l’hexagone ⇒ ZONE NON ELIGIBLE AU DISPOSITIF

 

carte zones pinel 2018
Carte Zones Pinel 2018
 

Quels sont les plafonds de loyers de la loi pinel ?

Le dispositif de la loi Pinel permet de réduire ses impôts dans la mesure où le plafond de loyers applicable aux locataires est respecté. Il correspond au loyer mensuel maximal appliqué par le propriétaire. Ce montant de loyers maximum varie selon plusieurs critères à prendre en compte : la zone et la surface utile du logement.

Barême des loyers Pinel selon la zone

  • L’emplacement du bien et la zone où il se situe : zone A, zone Abis, zone B1 ou zone B2. En effet, plus la zone est tendue, plus le barème des plafonds de loyers applicables sera élevé, et inversement. Le gouvernement réactualise régulièrement les plafonds de loyers afin d’encadrer le montant des loyers applicables, permettant ainsi de palier aux éventuels abus des propriétaires, tout en permettant l’accès à la propriété au plus grand nombre.

Le barême appliqué selon la zone Pinel est le suivant :

 

Zone Pinel 2018 Barême plafonds de loyers pinel 2018*
A 12,59 € / m2
A bis 16,96 € /m2
B1 10,15 € / m2
B2 8,82 € / m2
C 8,82 € / m2

*Barèmes des plafonds de loyers actualisés et applicables depuis le 12 juin 2018

Calcul de la surface utile

  • La surface utile du logement occupé. La surface utile calculée est obtenue ainsi :

Surface utile = surface habitable + 0,5 x surface annexes

Les surface annexes correspondent aux parking, box, jardins, cours, patios, balcons, loggias, terrasses, caves ou encore celliers… Elles peuvent s’ajouter à la surface utile, mais dans un plafond de 8 m2 applicable.

Calcul du loyer Pinel

Pour calculer les plafonds de loyer Pinel, un coefficient multiplicateur est appliqué selon la formule suivante : 

0,7 + (19 / Surface Utile).

Le coefficient obtenu est plafonné à 1,20.

Exemple d’un calcul de loyer Pinel

  • Un propriétaire achète un logement de 45 m2 situé à Lyon en zone A. Le plafond applicable dans cette zone est de 12,50 m2
  • En appliquant le coefficient multiplicateur, le plafond de loyers du logement est donc de 12,50 € x (0,7 + 19/45) = 14,02 € / m²
  • Le loyer Pinel maximal applicable pour ce logement de 45 m2 situé à Lyon est donc de 14,02 x 45 = 631 €

 

Quels sont les plafonds de ressources de la loi pinel ?

Les plafonds de ressources de la loi Pinel correspondent aux revenus maximums que peuvent percevoir les locataires afin d’être éligibles au dispositif. Ce plafond fluctue selon :

  • La zone du logement
  • La composition du foyer du locataire

 

Composition du foyer Plafonds selon ZONE PINEL
Zone A bis Zone A zone B1 zone B2
Personne vivant seule 37 508 € 37 508 € 30 572 € 27 515 €
Personnes vivants en couple 56 058 € 56 058 € 40 826 € 36 743 €
Personne seule ou couple avec 1 personne
à charge
73 486 € 67 386 € 49 097 € 44 187 €
Personne seule ou couple avec 2 personnes
à charge
87 737 € 80 716 € 59 270 € 53 344 €
Personne seule ou couple avec 3 personnes
à charge
104 390 € 95 553 € 69 725 € 62 753 €
Personne seule ou couple avec 4 personnes
à charge
117 466 € 107 527 € 78 579 € 70 721 €
Majoration par personne à charge supplémentaire
à partir de la cinquième
+ 13 087 € + 11 981 € + 8 766 € + 7 888 €

*Barèmes des plafonds de ressources actualisés et applicables depuis le 12 juin 2018

Comment profiter de la loi Pinel en 2018 ?

Pour pouvoir profiter de la loi Pinel, il faut respecter les critères suivants :

  • Une durée de location 6 à 12 ans
  • Le bien acquis doit-être neuf ou en état futur d’achèvement
  • Le logement doit être loué dans les 12 mois qui suivent la livraison du bien immobilier
  • La réglementation thermique RT 2012 doit être respectée
  • L’investissement dans une zone éligible
  • Le respect des plafonds de loyers
  • Le respect des plafonds de ressources

Quels sont les étapes de mon investissement en loi Pinel ?

Afin de réussir votre investissement en loi Pinel, voici les étapes que nous conseillons de suivre :

  1. Valider votre financement, votre budget à partir de votre capacité d’épargne (voir notre simulateur), et vos objectifs avant d’investir
  2. Vous renseigner sur les profils de bien accessibles et les zones dans lesquels investir : éligibilité à loi Pinel, zones de tension, proximité des commerces, etc.
  3. Valider les plafonds de ressources et de loyers applicables sur le bien visé
  4. Approfondir la simulation de votre investissement sur le bien et la zone ciblée
  5. S’appuyer sur un conseiller en gestion de patrimoine et un promoteur compétents dans le cadre de votre investissement

Quelles sont les conditions à respecter ?

  • Conditions à respecter sur la durée de mise en location du bien

Légalement, les conditions à respecter relatives à la durée de mise en location du bien afin d’obtenir une réduction d’impôts se réfèrent à l’article 199 Nonovicies du CGI (Code Général des Impôts) :

« Les contribuables domiciliés en France, au sens de l’article 4 B, qui acquièrent, entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2021, un logement neuf ou en l’état futur d’achèvement bénéficient d’une réduction d’impôt sur le revenu à condition qu’ils s’engagent à le louer nu à usage d’habitation principale pendant une durée minimale fixée, sur option du contribuable, à six ans ou à neuf ans »

En comparaison avec les grandes règles instaurées dans le cadre du dispositif loi Duflot précédent, les conditions d’éligibilité sur la durée de location ont été revues, pour plus de souplesse.  Outre la possibilité offerte de louer aux membres de sa famille (ascendants et descendants), hors foyer fiscal, la durée minimum de location reconductible du bien a été ramenée de neuf à six ans.

  • Conditions à respecter sur le profil des biens
    • Les biens acquis doivent être vendus neufs, en VEFA (Vente en Etat Futur d’Achèvement), ou avoir fait l’objet de travaux de réhabilitation proches du neuf.
    • Les biens acquis doivent d’une part être loués en tant que résidence principale pour le locataire, et d’autre part non meublés
    • Le logement doit être avoir le label BBC 2005 ou RT 2012, et respecter ainsi les règles de performance énergétique en vigueur.
  • Conditions loi pinel à respecter sur les plafonds de loyer

Le location du bien doit intervenir dans la limite de certains plafonds de loyers, définis par le ministère du logement et de la cohésion des territoires. Une manière pour le gouvernement d’encadrer le montant des loyers appliqués dans le cadre du dispositif

  • Conditions à respecter sur les plafonds de ressources

Le bien loué dans le cadre du dispositif Pinel doit l’être auprès de locataires disposant d’un certain plafond de ressources. Ainsi, l’offre en loi Pinel s’établit entre le logement social et celui réservé à des revenus très élevés.

  • Zones Pinel 2018 : les conditions

Comme évoqué précédemment, toutes les zones du territoire national ne sont pas éligibles au dispositif de la loi Pinel.

Quels sont les dispositifs qui ont précédé la loi Pinel ?

  • Loi Duflot : du 1er janvier 2013 au 31 Août 2014. Elle permettait de défiscaliser jusqu’à 18% du montant de l’acquisition. La principale différence avec la loi Pinel est le niveau maximal de réduction d’impôt, porté à 21% sur la loi Pinel. Le dispositif ne permettait pas également de louer à ses ascendants ou descendants, à la différence du dispositif Pinel.
  • Loi Scellier : du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2012. Ce dispositif de défiscalisation ouvrait droit à une réduction d’impôt sur l’acquisition. Ainsi, du 01/01/2009 au 31/12/2010, celle-ci était portée jusqu’à 25% sur l’acquisition, à 22% du 01/01/2011 au 31/12/2011, et à 13% du 01/01/2011 au 31/12/2012. La durée de location minimum était de 9 ans.
  • Loi Robien : du 1er janvier 2003 au 31 décembre 2008. cette loi permettait d’amortir jusqu’à 50% de la valeur de l’investissement, sur un total de 9 ans.
  • Loi Borloo : Le dispositif Borloo neuf était applicable du 1er septembre 2006 au 31 décembre 2009. Sur le principe de l’amortissement, la défiscalisation en loi Borloo permettait de défiscaliser jusqu’à 65% du prix d’acquisition sur le logement.
  • Loi Demessinedu 01/01/2000 au 31/12/2010, ce dispositif ouvrait droit à une réduction d’impôts sur les biens acquis en résidence de tourisme.

Exemple et simulation d’un investissement en loi Pinel

Thibault et Julie vivent en couple à Nantes avec leurs deux enfants, Théo et Lise. Ils payent 3 760 € d’impôt par an, et peuvent mettre de côté 200 € par mois.
Ils sont propriétaires de leur résidence principale, mais n’ont jamais investi dans l’immobilier. Ils décident d’investir dans un appartement T2 à Montpellier d’une valeur de 150 000 €, pour un coût du crédit équivalent à des mensualités de 750 € / mois.
Pour profiter de la réduction d’impôt de 250 €/mois accordée dans le cadre de cette acquisition réalisée en loi Pinel, ils s’engagent à louer le bien immobilier pendant 9 ans, et à respecter les plafonds de loyers et de ressources des locataires fixés par la loi. Ils perçoivent ainsi, dans le cadre de la mise en location du bien, des revenus de 300 €/mois

En résumé, Thibault et Julie paieront chaque mois 750 € de mensualité de crédit, sur laquelle ils déduiront 250 € de réduction d’impôt, et 300 € issus de leur revenus locatifs, pour un véritable effort d’épargne de 200 €/mois.

Enfin, en plus de défiscaliser, Thibault et Julie se constituent un patrimoine immobilier pérenne, profitent de revenus complémentaires tirés des loyers perçus, et peuvent également louer ce logement à un parent.

Simulateur Pinel

Gratuit et sans engagement

Je calcule ma réduction d’impôt

1/5
Veuillez saisir un nombre dans ce champ*

Vos données sont confidentielles et sécurisées.

Veuillez faire un choix

Vos données sont confidentielles et sécurisées.

Veuillez faire un choix
Veuillez saisir un nombre dans ce champ

Vos données sont confidentielles et sécurisées.

Jamais
+ de 2 ans
- de 2 ans
Veuillez faire un choix

Vos données sont confidentielles et sécurisées.

Veuillez compléter ce champ
Veuillez compléter ce champ
Code postal ou Ville inconnue
Veuillez saisir une adresse email valide
Veuillez saisir un numéro de téléphone valide
Code SMS invalide

Par mesure de sécurité, merci de saisir le code à 4 chiffres reçu par SMS.

Vos données sont confidentielles et sécurisées.

Cette simulation est établie sur la base des informations que vous avez saisies. Elle est communiquée à titre indicatif, et n'a aucune valeur contractuelle, scientifique ou économique. Elle ne constitue en aucune façon en engagement de financement. Elle devra être approfondie par un professionnel du conseil en défiscalisation.