Qu'est-ce qu'une location nue ?

Trouver votre
solution personnalisée,
en 30 secondes

Gratuit et sans engagement

Entrez votre
situation

Vos données
sont analysées

Votre diagnostic
personnalisé

Dans le cadre d’une location immobilière, le propriétaire à la possibilité de louer son logement meublé ou d’effectuer une location nue.

 

Qu’est-ce que la location nue ?

La location nue correspond à la location d’un logement non meublé, sans mobilier ni équipements supplémentaires, autres que ceux inclus dans le bâti initial (radiateurs, salle de bain…).

La location nue tend à protéger davantage les locataires, notamment dans le cadre des relations avec les propriétaires. C’est un mode de location à part entière, en opposition à la location meublée.

La formule est choisie par de nombreux propriétaires en France, attirés par la simplicité de sa mise en application et sa fiscalité relativement souple.

 

Avantages location nue

Le mode de location nue convient parfaitement à des locataires qui disposent déjà de l’ensemble de leurs meubles. Ces derniers souhaitent emménager dans un logement vide pour l’agencer selon leurs goûts et leurs envies. Cela crée un besoin certain et garantie une forte demande locative si vous optez pour ce type de location. En parallèle, l’opération est facile à mettre en œuvre puisque le propriétaire n’a pratiquement pas de contrainte d’aménagement du logement.

De plus, une grande variété de biens immobiliers est éligible à la location nue. On parle ici des locaux classiques tels que les maisons, appartements ou parkings. À noter enfin que les locaux professionnels (commerces, bureaux…) et les terrains sont également éligibles à ce mode de location.

 

Quelle est la fiscalité de la location nue ?

La fiscalité de la location nue comprend 2 types d’impositions.

Le régime réel :

2 cas de figure sont possibles pour être imposé au régime réel dans le cadre d’une location nue :

  • Effectuer une demande d’obtention du régime pour les propriétaires dont les recettes locatives annuelles n’excèdent pas 15.000 €.
  • Disposer de plus de 15.000 € de revenus annuels tirés des locations.

L’avantage du régime réel, c’est que de nombreuses charges sont déductibles des recettes locatives. On parle notamment des primes d’assurances, des intérêts liés à un éventuel emprunt, des différents travaux d’entretien du logement ou encore de diverses taxes et frais de gestion.

Cas concret

Prenons l’exemple d’un propriétaire qui dispose de 15.000 € de recettes locatives sur l’années, avec 7.500 € de charges déductibles. Le calcul de son imposition sera alors le suivant :

  1. 000 € de revenus fonciers – 7.500 € de charges déductibles = 7.500 € de revenus pris en compte dans l’imposition
  2. 500 € X 30 % de tranche marginale d’imposition = 2.250 € d’imposition

À noter que vous devez aussi prendre en compte le calcul des cotisations sociales à hauteur de 17,2 % sur le montant de votre revenu imposable. Ici le calcul est de 7.500 € X 17,2% = 1.290 € d’imposition supplémentaire.

 

Le régime micro foncier

Pour être imposé au régime micro foncier, il faut obligatoirement percevoir moins de 15.000 € annuels de recettes locatives et n’être soumis à aucun autre régime spécifique.

Son application est plus lisible que le réel puisque vous bénéficiez directement d’un abattement de 30 % et n’êtes donc imposés qu’à hauteur de 70 % de vos recettes locatives. Comme pour réel, le calcul de l’imposition devra prendre en compte la tranche marginale d’imposition de 30 % ainsi que les cotisations sociales à hauteur de 17,2%.

mock-up

Télécharger gratuitement
notre guide du mois !

Pas si vite,

Gardez un souvenir de nous,
téléchargez gratuitement le guide du mois

*champs obligatoires